Articles scientifiques

La Terre au-delà de six des neuf limites planétaires

Auteurs : Richardson, K., Steffen, W., Lucht, W., Bendtsen, J., Cornell, S.E., Donges, J.F., Drüke, M., Fetzer, I., Bala, G., von Bloh, W. et Feulner, G., 2023. La Terre au-delà de six des neuf frontières planétaires. Science Advances, 9(37), p.eadh2458.
Publié : septembre 2023

Résumé :
Cette mise à jour du cadre des limites planétaires révèle que six des neuf limites sont transgressées, ce qui suggère que la Terre est désormais bien en dehors de l'espace de fonctionnement sûr pour l'humanité. L'acidification des océans est sur le point d'être franchie, tandis que la charge d'aérosols dépasse régionalement la limite. Les niveaux d'ozone stratosphérique se sont légèrement rétablis. Le niveau de transgression a augmenté pour toutes les limites précédemment identifiées comme dépassées. La production primaire étant le moteur des fonctions de la biosphère du système terrestre, l'appropriation par l'homme de la production primaire nette est proposée comme variable de contrôle de l'intégrité fonctionnelle de la biosphère. Cette limite est également transgressée. La modélisation du système terrestre à différents niveaux de transgression des limites du changement climatique et du système terrestre montre que ces impacts anthropiques sur le système terrestre doivent être considérés dans un contexte systémique.

Au Royaume-Uni, les végétaliens, les végétariens, les mangeurs de poisson et les mangeurs de viande ont des impacts environnementaux différents.

Auteurs : Peter Scarborough, Michael Clark, Linda Cobiac, Keren Papier, Anika Knuppel, John Lynch, Richard Harrington, Tim Key & Marco Springmann
Publié : Juillet 2023

Résumé :
Les scénarios alimentaires modélisés ne reflètent souvent pas les pratiques alimentaires réelles et ne tiennent pas compte de la variation de la charge environnementale des aliments due à l'approvisionnement et aux méthodes de production. Ici, nous relions les données alimentaires d'un échantillon de 55 504 végétaliens, végétariens, mangeurs de poisson et de viande avec des données sur les émissions de gaz à effet de serre, l'utilisation des terres, l'utilisation de l'eau, le risque d'eutrophisation et la perte potentielle de biodiversité provenant d'un examen de 570 analyses du cycle de vie couvrant plus de 38 000 exploitations agricoles dans 119 pays. Nos résultats tiennent compte de la variation de la production et de l'approvisionnement alimentaires observée dans l'examen des évaluations du cycle de vie. Tous les indicateurs environnementaux ont montré une association positive avec les quantités d'aliments d'origine animale consommées. L'impact du régime alimentaire des végétaliens était de 25,1 % (intervalle d'incertitude de 95 %, 15,1-37,0 %) de celui des gros mangeurs de viande (≥100 g de viande totale consommée par jour) pour les émissions de gaz à effet de serre, de 25,1 % (7,1-44,5 %) pour l'utilisation des terres, de 46,4 % (21,0-81,0 %) pour l'utilisation de l'eau, de 27,0 % (19,4-40,4 %) pour l'eutrophisation et de 34,3 % (12,0-65,3 %) pour la biodiversité. Des différences d'au moins 30 % ont été constatées entre les faibles et les forts consommateurs de viande pour la plupart des indicateurs. Malgré les variations substantielles dues au lieu et au mode de production des aliments, la relation entre l'impact environnemental et la consommation d'aliments d'origine animale est évidente et devrait inciter à réduire cette dernière.

Estimation de l'impact environnemental de 57 000 produits alimentaires

Auteurs : Michael Clark, Marco Springmann, Mike Rayner et Richard A. Harrington
Publié : 2022

Résumé :
Comprendre et communiquer les impacts environnementaux des produits alimentaires est essentiel pour permettre les transitions vers des systèmes alimentaires écologiquement durables [El Bilali et Allahyari, Inf. Process. Agric. 5, 456-464 (2018)]. Bien que les analyses précédentes aient comparé les impacts de produits alimentaires tels que les fruits, le blé et le bœuf [Poore et Nemecek, Science 360, 987-992 (2018)], la plupart des produits alimentaires contiennent de nombreux ingrédients. Cependant, comme la quantité de chaque ingrédient dans un produit n'est souvent connue que par le fabricant, il a été difficile d'évaluer leurs impacts environnementaux. Ici, nous développons une approche pour surmonter cette limitation. Elle utilise les connaissances préalables des listes d'ingrédients pour déduire la composition de chaque ingrédient, puis les associe à des bases de données environnementales [Poore et Nemecek Science 360, 987-992 (2018) ; Gephart et al., Nature 597, 360-365 (2021)] pour dériver des estimations de l'impact environnemental d'un produit alimentaire à travers quatre indicateurs : les émissions de gaz à effet de serre, l'utilisation des terres, le stress hydrique et le potentiel d'eutrophisation. L'utilisation de cette approche sur 57 000 produits au Royaume-Uni et en Irlande montre que les types d'aliments ont un impact environnemental faible (p. ex. boissons sucrées, fruits, pains), intermédiaire (p. ex. nombreux desserts, pâtisseries) ou élevé (p. ex. viande, poisson, fromage). L'incorporation du NutriScore révèle que les produits plus nutritifs sont souvent plus durables sur le plan environnemental, mais il existe des exceptions à cette tendance, et les aliments que les consommateurs peuvent considérer comme substituables peuvent avoir des impacts très différents. Les analyses de sensibilité indiquent que l'approche est robuste face à l'incertitude de la composition des ingrédients et, dans la plupart des cas, de l'approvisionnement. Cette approche constitue un pas en avant pour permettre aux consommateurs, aux détaillants et aux décideurs politiques de prendre des décisions éclairées sur les impacts environnementaux des produits alimentaires.

Les émissions mondiales de gaz à effet de serre provenant des aliments d'origine animale sont deux fois supérieures à celles des aliments d'origine végétale

Auteurs : Xiaoming Xu, Prateek Sharma, Shijie Shu, Tzu-Shun Lin, Philippe Ciais, Francesco N. Tubiello, Pete Smith, Nelson Campbell & Atul K. Jain
Publié : 2021

Résumé :
L'agriculture et l'utilisation des terres sont des sources majeures d'émissions de gaz à effet de serre (GES), mais les estimations précédentes étaient soit très agrégées, soit fournissaient des détails spatiaux pour des sous-secteurs obtenus par des méthodologies différentes. En utilisant une approche d'intégration des modèles et des données qui assure une cohérence totale entre les sous-secteurs, nous fournissons des estimations spatialement explicites des émissions de GES liées à la production et à la consommation de l'alimentation humaine d'origine végétale et animale dans le monde entier vers 2010. Les émissions mondiales de GES liées à la production d'aliments s'élèvent à 17 318 ± 1 675 TgCO2eq an−1dont 57 % correspondent à la production d'aliments d'origine animale (y compris les aliments pour le bétail), 29 % aux aliments d'origine végétale et 14 % à d'autres utilisations. La gestion des terres agricoles et le changement d'affectation des terres représentaient des parts importantes des émissions totales (38 % et 29 %, respectivement), tandis que le riz et le bœuf étaient les produits de base d'origine végétale et animale les plus importants (12 % et 25 %, respectivement), et que l'Asie du Sud et du Sud-Est et l'Amérique du Sud étaient les plus grands émetteurs de GES liés à la production.

Réduire les incidences environnementales de l'alimentation par l'intermédiaire des producteurs et des consommateurs

Auteurs : J. Poore et T. Nemecek
Publié : 2018

Abstract :
Les impacts environnementaux des aliments sont créés par des millions de producteurs différents. Pour identifier les solutions efficaces face à cette hétérogénéité, nous avons consolidé des données couvrant cinq indicateurs environnementaux, 38 700 exploitations agricoles et 1600 transformateurs, types d'emballage et détaillants. L'impact peut varier de 50 fois entre les producteurs d'un même produit, ce qui crée des possibilités d'atténuation considérables. Cependant, l'atténuation est compliquée par les compromis, les multiples façons pour les producteurs d'obtenir de faibles impacts et les interactions tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Les producteurs ont des limites quant à leur capacité à réduire les impacts. Il est frappant de constater que les impacts des produits animaux à faible impact dépassent généralement ceux des substituts végétaux, ce qui fournit de nouvelles preuves de l'importance du changement de régime alimentaire. De manière cumulative, nos résultats soutiennent une approche dans laquelle les producteurs surveillent leurs propres impacts, atteignent les objectifs environnementaux de manière flexible en choisissant parmi plusieurs pratiques, et communiquent leurs impacts aux consommateurs.