Les endosseurs du Traité végétalien

Scientifiques

Dr. Peter Carter

Réviseur expert du GIEC

Lire la biographie de Peter

Peter Carter est un expert du GIEC, dont les publications sur la science du changement climatique mondial, les impacts du changement climatique, le changement climatique en Arctique, l'évaluation des risques et la biodiversité sont très appréciées. Le Dr Carter est un médecin retraité et directeur de l'Institut d'urgence climatique, avec une expérience en matière de politique de protection de la santé environnementale.

L'action la plus efficace, la plus efficace, la plus immédiatement efficace et la plus facilement réalisable que chacun dans le monde puisse faire est de devenir végétalien. En théorie, nous pouvons tous le faire. Si nous le faisons, les émissions diminuent immédiatement.

Dr. Alison Green

Psychologue cognitif et expert de l'apprentissage humain

Lire la biographie d'Alison
Le Dr Alison Green est une psychologue cognitive et une experte de l'apprentissage et de la pensée humaine. Elle est ancienne doyenne de l'Open University et ancienne pro-vice-chancelière de l'université Arden. En 2018, elle a démissionné de son poste et a troqué le monde universitaire pour le militantisme, déterminée à appliquer la psychologie à la compréhension de la résistance au changement et du déni humain.

Alison est actuellement directrice exécutive de la Scientists Warning Foundation et défend l'Extinction Rebellion depuis sa création. Elle a coédité le livre populaire d'Extinction Rebellion "This is not a Drill". Elle a donné une présentation conjointe sur le changement climatique avec feu Stuart Scott au Foresight Group de la Commission européenne en 2018, qui a depuis reçu plus de 100K vues sur la chaîne YouTube de Scott. Elle a recueilli un soutien supplémentaire pour l'activisme climatique auprès de la communauté internationale et a été le fer de lance d'un appel à l'action de plus de 1 000 universitaires britanniques.

Alison a participé activement aux grèves du climat scolaire, en rédigeant une lettre de presse soutenue par de nombreux universitaires. Elle a co-écrit un article scientifique largement cité soutenant les grèves du climat scolaire, publié dans la revue internationale Science. Elle a été l'un des principaux orateurs de l'événement Climate Action de Londres (2019) et est un témoin expert de la Commission britannique sur le climat pour l'enseignement supérieur et la formation continue.

Alison a pris la parole lors de la COP 26, en tant que panéliste au Sommet des peuples de la Coalition, aux côtés de Scientists for XR et Scientists for Global Responsibility. Elle est membre du groupe de campagne pour le réensauvagement, Wildcard, et est la responsable académique de Faculty for a Future.

Je soutiens le traité sur les plantes parce que passer à un régime à base de plantes est l'une des choses les plus efficaces que nous puissions faire pour améliorer notre propre santé et celle de la planète.

Dr. Peter Kalmus

Scientifique et militant du climat

Lire la biographie de Peter

Peter Kalmus est un climatologue et un activiste.

L'effondrement de la planète nécessite une action urgente, et les industries de l'agriculture animale et des combustibles fossiles en sont les deux principales causes. Réduire rapidement l'agriculture animale et faire passer l'humanité à un régime alimentaire à base de plantes est l'une des mesures les plus efficaces, les plus faciles et les plus rapides que nous puissions prendre pour sauver la planète. Cela permettra également de préserver la sécurité alimentaire à une époque où les mauvaises récoltes se multiplient en raison du réchauffement climatique. Le monde a besoin d'un traité fondé sur les plantes.

Barika Göncü

Professeur associé

Lire la bio de Barika

Consultant en communication et membre du corps enseignant de la faculté de communication (université Bilgi d'Istanbul).

La crise climatique exige un changement de la part des individus, des institutions et des décideurs. Les activités de l'industrie mondiale de l'agriculture animale sont parmi les principales causes de la crise climatique. Alors que les consommateurs revoient leurs habitudes alimentaires, les producteurs devraient également se tourner vers des modèles économiques alternatifs et passer à une alimentation à base de plantes avant qu'il ne soit trop tard.

Nilang Gor

Scientifique principal

Lire la bio de Nilang

Nilang Gor est un scientifique principal dans le domaine des troubles génétiques et est titulaire d'une maîtrise en biologie cellulaire et moléculaire. Nilang a également fondé Cultivate Empathy for All, une organisation qui promeut l'empathie comme outil pour relever les défis mondiaux. En tant que penseur systémique, il estime que nous vivons dans un écosystème hautement interconnecté, où notre bien-être est interdépendant de celui des autres humains, des animaux non humains et de l'environnement. Nilang pense que notre ignorance de cette interdépendance a créé des systèmes d'agriculture animale non durables qui ont maintenant un impact sur notre environnement, la santé publique, ainsi que sur l'équité sociale et raciale. Il mobilise les membres de la communauté pour qu'ils informent les législateurs de leur ville des effets négatifs des systèmes alimentaires d'origine animale sur divers aspects de notre société et de notre environnement, et pour qu'ils promeuvent des politiques et des programmes locaux durables.

Je soutiens le traité sur les plantes parce qu'il est ancré dans l'approche scientifique de "One Health" - la santé des personnes est interconnectée avec la santé des animaux et de notre environnement commun.

Jonathan Balcombe

Ethologue et auteur

Lire la biographie de Jonathan

Jonathan Balcombe est éthologue et auteur. Il était auparavant directeur de la sensibilité animale au Humane Society Institute for Science and Policy, et directeur du département d'études animales à la Humane Society University, à Washington, DC.

En tant qu'acteur majeur du changement climatique, des pandémies, de la perte de biodiversité et de la souffrance animale, l'agriculture animale n'a pas sa place dans une politique et une action tournées vers l'avenir. Nous devons investir dans l'autonomisation des communautés pour qu'elles puissent prospérer grâce à une agriculture végétale respectueuse de l'environnement.

Danny Harvey

Auteur principal du GIEC, Professeur

Lire la biographie de Danny

Danny Harvey est professeur au département de géographie de l'Université de Toronto. Il a étudié la géographie à l'Université de la Colombie-Britannique (B.Sc.) et à l'Université de Toronto (M.Sc. et Ph.D.), obtenant son doctorat en 1986.

Le Dr Harvey poursuit des recherches dans les domaines de la modélisation climatique informatique ainsi que des options visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre associées à l'utilisation de l'énergie. Ses travaux de modélisation sont axés sur la compréhension des changements climatiques passés et la projection des changements climatiques futurs dus aux émissions de gaz à effet de serre, avec un accent particulier sur les modèles couplés climat-cycle du carbone et les impacts de différents scénarios énergétiques mondiaux futurs.

Il a publié trois douzaines d'articles, a été l'auteur principal du rapport technique n° 2 du GIEC (An Introduction to Simple Climate Models Used in the IPCC Second Assessment Report) et a publié deux livres.

De 1989 à 1995, le Dr Harvey a été coprésident du comité consultatif spécial sur l'environnement de la ville de Toronto, qui a joué un rôle déterminant dans la mise en place du programme de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la ville de Toronto - la première ville au monde à adopter un programme de réduction des émissions de gaz à effet de serre au niveau local.

Je soutiens le traité sur l'alimentation végétale parce qu'il s'attaque aux sources les plus importantes d'émissions de gaz à effet de serre d'une manière double qui correspond exactement à ce qui doit être fait en ce qui concerne les émissions de combustibles fossiles : geler tout nouveau développement et mettre fin aux systèmes industriels intensifs existants qui produisent de la viande et des produits laitiers bon marché au prix d'énormes souffrances animales.

Ray Monk

Philosophie et biographe de Ludwig Wittgenstein, Bertrand Russell et Robert Oppenheimer

Lire la biographie de Ray

Ray est un biographe britannique réputé pour ses biographies de Ludwig Wittgenstein, Bertrand Russell et J. Robert Oppenheimer. Il est professeur émérite de philosophie à l'université de Southampton, où il a enseigné à divers titres de 1992 à 2018.

Il devient chaque jour plus important de passer à un régime alimentaire à base de plantes. Notre régime actuel, riche en viande et en produits laitiers, n'est tout simplement pas supportable. En essayant de le satisfaire, nous causons d'énormes dégâts écologiques et il est pratiquement impossible d'atteindre nos objectifs climatiques. Si le traité sur l'alimentation à base de plantes était mis en œuvre, le monde serait bien meilleur. Nous devons aux générations futures de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela se produise.

Dr. Kurt Schmidinger, Ph.D.

Géophysicien et fondateur de Future Food

Lire la biographie de Kurt

Kurt Schmidinger est un scientifique spécialiste de l'alimentation et un géophysicien, fondateur de futurefood.org, membre des conseils consultatifs du Good Food Institute, de l'Albert Schweitzer Stiftung et d'autres ONG, affilié au FEWD de l'université de Vienne - et militant.

Nous avons une option essentielle pour atteindre l'objectif climatique de 1,5°C : passer à une alimentation principalement végétale : Cela permettrait de réduire les émissions du bétail et de diminuer fortement la demande en surface, ce qui donnerait à la végétation naturelle qui repousse la possibilité d'absorber une grande partie de nos émissions de carbone du passé. Outre ce soulagement pour le climat, cela nous aiderait également à lutter contre les futures pandémies ou la cruauté envers les animaux, et à préserver les antibiotiques fonctionnels, l'eau, les sols, la biodiversité et la nutrition mondiale.

William B. Orcutt

Capitaine de l'USAF Ret. BSEE Université du Missouri, MSEE Institut de technologie de l'armée de l'air

Lire la biographie de William

William B. Orcutt Capt. USAF Ret. BSEE Université du Missouri, MSEE Institut de technologie des forces aériennes

Le public doit savoir que nous ne pouvons pas lutter contre le changement climatique sans renoncer aux combustibles fossiles. De même, nous ne pouvons pas atteindre nos objectifs climatiques sans nous attaquer à la production alimentaire mondiale. Le Traité fondé sur les plantes incite les gens à prendre des mesures indépendantes pour lutter contre la crise climatique en modifiant leur régime alimentaire.

Mark Benecke

Biologiste médico-légal

Lire la biographie de Mark

Mark Benecke a obtenu un doctorat dans le domaine de l'entomologie, en se concentrant sur les souches biologiques de certains genres d'insectes. Ses intérêts dépassent toutefois les limites de cette activité scientifique. Depuis 1997, M. Benecke parcourt le monde pour donner des conférences et étudier l'utilisation de la médecine légale pour résoudre des meurtres, ainsi que l'utilisation des progrès biomédicaux pour ralentir le processus de vieillissement. Les deux livres de Benecke, traduits de l'allemand, traitent de ces sujets dans un style accessible au grand public.

Plus de scientifiques

Jennifer Black, PhD, Microbiologie et immunologie ; MSc, Pathobiologie

Dr. Thomas Brückmann, biologiste et concepteur de communication

Pamela Fergusson, RD, PhD

Becca Franks, PhD, chercheuse scientifique, département d'études environnementales, Université de New York

Joanna Hańderek, professeur associé, Institut de philosophie - Université Jagellonne

Ryszard Kulik, PhD, Club de la pensée écologique

Dr. hab. Barbara Niedźwiedzka, membre de l'Église catholique, chercheuse retraitée de l'Institut de santé publique, Université Jagiellonian

Dorota Probucka, docteur en philosophie, professeur à l'université pédagogique de Cracovie, chef du département d'éthique appliquée, de théorie de la médiation et de la négociation à l'université pédagogique de Cracovie, vice-présidente de la société polonaise d'éthique, rédactrice en chef de la revue scientifique Ethics Education.

Dr Hugh Martin, PhD, maître de conférences en sciences agricoles à la Royal Agricultural University.

Marco Maurizi, Philosophe, PhD, écrivain, auteur de "Au-delà de la nature. Libération animale, marxisme et théorie critique". Cofondateur des revues scientifiques "Liberazioni" et "Animal Studies. Revue italienne d'antispécisme.

William Ripple, PhD. Professeur distingué d'écologie, Oregon State University

Hakan Şentürk, Université Bezmi Alem, Service de gastro-entérologie

Piotr Skubała, docteur, Université de Silésie, Institut de biologie, de biotechnologie et de protection de l'environnement

Professeur Julia Steinberger, Université de Lausanne, Suisse, auteur principal du GIEC AR6 WG3

Marcin Urbaniak, professeur associé, Université pédagogique de Cracovie

Gerard Wedderburn-Bisshop, B. Surv (Hons1), ancien scientifique principal, Qld Natural Resources

Jean Ziegler, Suisse, ancien professeur de sociologie à l'Université de Genève et à la Sorbonne, Paris, et ancien vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme des Nations unies.

Dr. Alexandra Isfahani-Hammond

Chloe Taylor, professeur d'études sur les femmes et le genre, Université d'Alberta

Laurie Adkin, professeur [sciences politiques et études environnementales] Université de l'Alberta

José Moisés Martín Carretero, professeur d'économie. Faculté des sciences et de la technologie, Université Camilo José Cela

Barton Rubenstein, PhD, cofondateur de Mother Earth Project

Jonathan M. White, PhD, Professeur adjoint de sociologie, Université Bentley

John Packer, professeur associé (droit), Université d'Ottawa

Dr J. David Spence, professeur de neurologie et de pharmacologie clinique, Western University

Carla Steffen, vétérinaire

Dr. Kristiina Visakorpi

Bastiaan Rutjens, PhD

Dr Holly Sitters, écologiste, Université de Melbourne

Jane Hindley, maître de conférences en études interdisciplinaires, Université d'Essex.

Kathrin Herrmann, Centre pour les alternatives à l'expérimentation animale de l'Université Johns Hopkins

Patrick Alberti, M.A.

Dr Corey Lee Wrenn

Dr. Anna Perreira

André Bittar, associé de recherche, King's College London

Jans Henke, MSc

Dr. Fatih Uenal, Centre des sciences affectives, Université de Genève

Jeroen Melief, PhD

Professeur Colin D Butler, Centre national d'épidémiologie et de santé de la population, Université nationale australienne.

Jill Belch, professeur de médecine et responsable du projet de recherche sur la pollution atmosphérique de Tayside.

Dr. Heather Davis

Dr. Yuri Engelhardt

Sara Gabrielsson, maître de conférences, Centre d'études sur la durabilité de l'université de Lund.

Cameron Roberts, PhD

Paul Berger, professeur agrégé (éducation), Université Lakehead

Pere Pons, professeur associé, Université de Gérone

Dr Charlie Gardner

Dr A J Perrin

Professeur James Renwick

Charles Ross DO

Brenda Dobia, PhD. Psychologue, écologiste social, membre associé Université de Western Sydney

Annika Linde, DVM, PhD, MPH. Université occidentale des sciences de la santé, Californie

David Crookall, PhD, École inter-océanique et climatique (IOCS), Université ouverte sur l'océan.

David Howden, PhD

Cameron Brick, PhD, Université d'Amsterdam

Anoop Shah

Marc Bekoff, PhD.

Nicholas Carter, écologiste, chercheur et cofondateur de PlantBasedData.org

Professeur Alexandra Cook FLS

Dr Charles Greene

Dr. Mark Terry

Carl Thomas

Mark Diesendorf, Faculté des arts, du design et de l'architecture, UNSW Sydney.

Prof. Imre Szeman

Gerard Wedderburn-Bisshop, B. Surv (Hons1), ancien scientifique principal, Qld Natural Resources

Celia Deane-Drummond, MA (Cantab), PhD (Plant Science), PhD (Theology)

Dominik Linn, doctorant en mathématiques industrielles (Fraunhofer ITWM et TUK)

Carolin Schellhorn, PhD.

Dr. Tushar Mehta

Amanda Boetzkes, professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain, Université de Guelph.

Diana Molina, LCG. (Sciences génomiques)

Cassandra Meisel Clarke, MSc. Biochimie, MSc. Épidémiologie

Didem Varol, RD

Lena Hannah Dogra, candidate au doctorat en physique, Université de Cambridge

"J'endosse le Traité végétalien parce qu'il s'attaque aux plus grandes sources d'émissions de GES de manière double, ce qui correspond exactement à ce qu'il faut faire en ce qui concerne les émissions de combustibles fossiles : arrêter tout nouveau développement et défaire les systèmes industriels intensifs existants qui produisent de la viande et des produits laitiers bon marché au prix d'énormes souffrances animales."

Danny Harvey

Auteur principal du GIEC pour les 4ème et 5ème rapports d'évaluation, Groupe de travail III.

REJOIGNEZ CES SCIENTIFIQUES EN SIGNANT
LE TRAITÉ BASÉ SUR LES PLANTES