Communiqués de presse de 2021
 

Les députés australiens soutiennent le traité sur les plantes et appellent à une stratégie mondiale pour mettre fin à l'agriculture animale lors de la COP26.

Contact(s) avec les médias : [email protected]

Canada : Anita Krajnc +1 (416) 825-6080
Royaume-Uni : Nicola Harris +(44) 7597 514 343

La députée Emma Hurst dépose une motion demandant au gouvernement de mettre en place un plan de transition vers une économie basée sur les plantes.

12 octobre 2021

À l'approche de la COP 26, un certain nombre d'hommes politiques australiens ont approuvé le nouveau traité sur les plantes, qui appelle les dirigeants mondiaux à négocier et à mettre en œuvre un accord mondial sur la transition vers une économie basée sur les plantes.

Emma Hurst, MLC, qui publie aujourd'hui un avis de motion au Parlement de Nouvelle-Galles du Sud, déclare :

"En tant que premier homme politique australien à approuver le traité sur l'alimentation végétale, je présente un avis de motion au Parlement de Nouvelle-Galles du Sud, qui demande au gouvernement australien de reconnaître l'impact négatif de l'agro-industrie animale sur le changement climatique et de s'engager à élaborer une stratégie de transition vers des systèmes alimentaires plus durables à base de plantes.

"En ce moment même, des millions d'animaux sont confrontés à la terreur de l'abattoir et notre crise climatique se rapproche du point de devenir irréversible. Nous devons cesser d'ignorer la vérité : l'agrobusiness animal détruit la planète. Mais il n'est pas trop tard pour trouver une solution.

"Notre planète et tous ceux qui y vivent sont en crise, et cette crise ne fera qu'empirer si les gouvernements ne reconnaissent pas que l'agrobusiness animal est l'une des principales causes du changement climatique. Nous ne pouvons plus attendre. Le temps de l'action est venu.""

L'avis de motion soutient le nouveau Traité sur les plantes lancée le 31 août 2021, qui appelle les gouvernements nationaux à négocier un traité international historique - le premier du genre à placer les systèmes alimentaires au cœur de la lutte contre la crise climatique. Le traité a également reçu le soutien de Andy Meddick, député, et Mark Pearson, député.

Cette motion fait suite à des appels similaires au Parlement britannique, où 14 députés ont apporté leur soutien à la motion EDM 434 qui demande au gouvernement de "profiter de la COP26 à Glasgow pour être un leader mondial en reconnaissant l'impact négatif de l'agriculture animale industrielle sur le changement climatique et en s'engageant à développer une stratégie mondiale de transition vers des systèmes alimentaires plus durables à base de plantes".

Greta Cuthell, 17 ans, de Melbourne et jeune ambassadrice du Plant Based Treaty, déclare : "Le changement climatique est une menace existentielle et c'est le problème le plus important de tous, et pourtant nous continuons comme avant. En tant que végane passionnée et militante de l'environnement, luttant pour la justice climatique et un monde équitable pour toute vie sur terre, je soutiens pleinement la députée Emma Hurst qui demande au gouvernement australien de profiter de la prochaine conférence de Glasgow sur le changement climatique pour agir en tant que leader mondial de l'action climatique basée sur les plantes, dès maintenant !"

Anita Krajnc, coordinatrice de la campagne mondiale du Plant Based Treaty, déclare : "La sixième évaluation du GIEC indique clairement que nous sommes confrontés à une urgence en matière de méthane et qu'un tiers de ces émissions provient de l'agriculture animale. Nous avons au mieux cinq ans pour effectuer des changements majeurs ou faire face à une catastrophe climatique. C'est pourquoi nous applaudissons les trois politiciens australiens qui demandent un débat politique au Parlement sur la nécessité de passer rapidement à une alimentation végétale durable. Il en va de notre survie."

Le Traité sur les plantes gagne rapidement en soutien politique.Des conseillers municipaux du monde entier et les villes de Boynton Beach, en Floride, et de Rosario, en Argentine, l'ont approuvé.

En amont des préparatifs de la COP26, les responsables politiques du monde entier sont encouragés à signer une déclaration ouverte créée par les organisateurs du traité sur les plantes pour inciter les gouvernements à s'attaquer à l'agriculture animale et à son impact sur le climat, les océans, la biodiversité et la crise animale.

OBJECTIFS

AU SUJET DU TRAITÉ À BASE DE PLANTES

En complément de la CCNUCC et de l'accord de Paris, le traité sur les plantes est une initiative populaire qui appelle les gouvernements nationaux à négocier un traité international historique, le premier du genre à placer les systèmes alimentaires au cœur de la lutte contre la crise climatique.

Le traité vise à mettre un terme à la dégradation généralisée des écosystèmes critiques causée par l'agriculture animale, à promouvoir le passage à des régimes alimentaires plus sains et durables à base de plantes et à inverser activement les dommages causés aux fonctions planétaires, aux services écosystémiques et à la biodiversité.

Site web https://plantbasedtreaty.org/

Instagram: https://www.instagram.com/plantbasedtreaty

Twitter: https://twitter.com/Plant_Treaty

TikTok : https://www.tiktok.com/@plantbasedtreaty

Facebook: www.facebook.com/PlantBasedTreaty

Texte intégral de la motion :

Avis de motion :

Mme Hurst dit...

M. le PRÉSIDENT :

Je donne avis que je déménagerai le jour de la prochaine séance :

  1. Que cette Assemblée note que :

(a) Le 31 août 2021, le traité sur les végétaux a été lancé dans le monde entier

(b) En complément de l'accord de Paris, le traité sur les végétaux est un traité international historique qui place les systèmes alimentaires au cœur de la lutte contre la crise climatique.

(c) Le traité sur les végétaux vise à mettre un terme à la dégradation généralisée des écosystèmes essentiels causée par l'agriculture animale, à promouvoir le passage à des régimes alimentaires sains et durables à base de végétaux et à inverser activement les dommages causés aux fonctions planétaires, aux services écosystémiques et à la biodiversité.

(d) L'agro-industrie animale est responsable d'environ 66 % des émissions annuelles de l'industrie alimentaire, mais elle est trop souvent exclue du débat sur le climat.

(e) J'ai été fier d'être le premier homme politique australien à approuver le traité sur les produits végétaux, avec mon collègue Mark Pearson MP, et j'espère que d'autres Australiens se joindront à moi pour signer le traité.

  1. Que la Chambre demande au gouvernement australien de profiter de la prochaine conférence de Glasgow sur le changement climatique pour devenir un chef de file mondial dans la reconnaissance de l'impact négatif de l'agriculture animale industrielle sur le changement climatique et s'engager à élaborer une stratégie de transition vers des systèmes alimentaires plus durables à base de plantes.

CONTACT MEDIA :
[email protected]

Canada :
Anita Krajnc, coordinatrice de la campagne mondiale du Traité sur les plantes : +1 (416) 825-6080

Royaume-Uni :
Nicola Harris, Directeur de la communication du Traité sur les plantes : +(44) 7597 514 343

Australie :

Emma Hurst, députée

[email protected]

[email protected]

0401 991 792