Sélectionner la page

Communiqués de presse de 2023

 

Le Plant Based Treaty demande à la conférence des Nations unies sur le climat de mettre fin à la surtaxe sur le lait végétal

Contacts avec les médias et demandes d'interviews :

  • Bonn :
    Tim Werner, conseiller scientifique du Plant Based Treaty : [email protected],+49 163 2011174
    Nilgün Engin, militant de Plant Based Treaty pour la Turquie : [email protected],+90 532 437 51 33
    Milla Widmer : Responsable de la campagne allemande de Plant Based Treaty : [email protected]
  • Royaume-Uni et monde :
    Nicola Harris, directrice de la communication du Plant Based Treaty : [email protected], +44 7597514343
Actifs médias
Agir

14 juin 2023 : Les écologistes du Plant Based Treaty demandent à la CCNUCC et au World Conference Center de mettre fin à la surtaxe controversée de 0,50 € sur le lait d'avoine et de soja dans les kiosques à café lors de la conférence sur le climat de Bonn.

La militante pour le climat et la justice animale Milla Widmer, de Plant Based Treaty, a pris la parole sur Instagram Je suis à la conférence des Nations Unies sur le climat à Bonn et devinez quoi : j'ai dû payer 50 cents de plus pour du lait d'avoine ! Lorsque je m'en suis plainte, les employés se sont moqués de moi, ne comprenant pas vraiment pourquoi j'étais si contrariée."

Les laits végétaux ont une empreinte carbone nettement plus faible que le lait de vache, selon une étude révolutionnaire réalisée en 2018 par l'Université d'Oxford. Université d'Oxfordet utilisent beaucoup moins d'eau et de terres que les produits laitiers.

Tim Werner, conseiller scientifique du Plant Based Treaty, déclare : "Les conférences sur le climat ne devraient pas inciter financièrement les délégués à consommer des produits laitiers, qui alimentent la crise climatique, la déforestation et l'épuisement des réserves d'eau douce. L'ONU doit mettre fin à la taxe sur les produits végétaux ; s'il doit y avoir des surtaxes, elles devraient être appliquées aux produits contenant de la viande et des produits laitiers polluants, ou mieux encore, rendre les conférences sur le climat végétaliennes".

Nilgün Engin, militante du Plant Based Treaty, déclare : "Les surtaxes sur le lait végétal alimentent l'injustice et l'inégalité, car l'intolérance au lactose est plus répandue chez les personnes de couleur. Les laits végétaux, qui sont meilleurs pour la planète, devraient être accessibles à tous."

Plant Based Treaty, qui a obtenu le statut d'observateur auprès des Nations unies, a tenu une conférence de presse hier, le 13 juin 2023, à la conférence de Bonn, appelant à un traité mondial pour traiter de l'impact des systèmes alimentaires sur les systèmes de soutien vitaux de la Terre et à un passage à un système alimentaire basé sur les plantes.

Ce week-end, une nouvelle pétition a été lancée pour demander que les conférences sur le climat, y compris la prochaine COP28 à Dubaï, adoptent une restauration à base de plantes. Elle a recueilli près de 7 000 signatures au cours des premiers jours. La pétition fait référence à un rapport 2020 de Michael Clarke qui indique que "même si les émissions de combustibles fossiles étaient éliminées immédiatement, les émissions du système alimentaire mondial à elles seules empêcheraient de limiter le réchauffement à 1,5 °C et rendraient même difficile l'atteinte de l'objectif de 2 °C". Ainsi, des changements majeurs dans la façon dont les aliments sont produits sont nécessaires si nous voulons atteindre les objectifs de l'Accord de Paris."

Consultez notre centre de presse pour obtenir les dernières informations sur la conférence de Bonn sur le climat : https://plantbasedtreaty.org/press-centre/

Contexte

Le traité sur les produits végétaux comporte 3R et 39 propositions détaillées Il appelle à la négociation d'un traité mondial et à sa mise en œuvre au niveau municipal, dans les écoles, les universités, les hôpitaux, les entreprises et d'autres institutions locales.

Le Traité sur les plantes s'inspire du Traité de non-prolifération des combustibles fossiles et s'inspire des traités qui ont permis de faire face aux menaces de l'appauvrissement de la couche d'ozone et des armes nucléaires. Depuis son lancement en août 2021, l'initiative a été approuvée par 21 villes, dont la la capitale écossaise, Édimbourg, Los Angeles et Ahmedabad, et a reçu le soutien de 100 000 personnes, de cinq lauréats du prix Nobel, de scientifiques du GIEC, de Sir Paul, Mary et Stella McCartney, de plus de 3 000 ONG, groupes communautaires et entreprises, dont Oceanic Preservation Society et des sections de Greenpeace, des Amis de la Terre et d'Extinction Rebellion.