Sélectionner la page

Communiqués de presse de 2023

 

Des militants pour le climat installent un food truck végétalien gratuit devant la Conférence de Bonn sur le climat pour exiger une restauration 100 % végétale

Les militants du Plant Based Treaty offrent aux délégués climatiques des hot-dogs végétaliens gratuits et distribuent un document de synthèse "21 villes demandent un traité mondial sur les plantes"

Contacts médias :
Bonn : Lisette Weustenenk, food truck : +31 6 55 51 66 15
Bonn : Tim Werner, militant scientifique : +49 163 2011174
Global : Anita Krajnc, coordinatrice de la campagne mondiale, +141 6825 6080, [email protected]

Media Files :

https://drive.google.com/drive/folders/1j53Ys3jzHME3An-2HzbdEg86dT1G_HKg?usp=sharing

Camion de réflexion :
Quand : 9, 10 & 12 juin 2023 entre 11 AM - 5 PM (CET)
Où : World Conference Center Bonn (à droite de l'entrée), Platz d. Vereinten Nationen 2, 53113 Bonn, Allemagne

Prise de position : 21 villes demandent un traité mondial sur les produits végétaux

Événement parallèle :
Quand : 12 juin 2023 à 11.45 AM (CET)
Où : Salle Kaminzimmer, Centre de conférence mondial, Conférence sur le climat de Bonn :
Titre : Compter l'impact de l'agriculture industrielle sur notre climat
Participez en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=d2CBlhrTNK8

Pétition :

https://www.drove.com/campaign/6479e2413aa1f55325db3378

    1er juin 2023 - Pour la deuxième année consécutive, des militants pour le climat ont garé un camion-restaurant à l'entrée du Centre mondial des conférences en Allemagne, avec l'intention de distribuer 2000 hot-dogs végétaliens gratuits afin de montrer aux délégués de la Conférence de Bonn sur le climat qu'une transition vers un système alimentaire basé sur les plantes est essentielle pour faire face à l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre liées à l'alimentation.

    Lea Goodett, des Pays-Bas, qui fait campagne pour un traité fondé sur les plantes, déclare "Nous avons lancé le camion végétalien Food for Thought pour sensibiliser le public et les décideurs aux régimes alimentaires durables à base de plantes. Les aliments d'origine végétale ont non seulement l'empreinte la plus faible sur l'environnement et le climat, mais ils offrent aussi des plats familiers très savoureux."

    Une équipe de la Humane Society International participant à la conférence de Bonn a révélé que le nombre d'animaux terrestres abattus n'a jamais été aussi élevé. On estime à 92,2 milliards d'animaux terrestres et entre 1 à 3 billions d'animaux marins sont tués chaque année par le système alimentaire, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

    Pour accompagner les hot-dogs végétaliens, Plant Based Treaty, qui a obtenu le statut d'observateur auprès des Nations unies, a distribué plus de 100 exemplaires de son nouveau document de synthèse, 21 Cities call for a global Plant Based Treatyaux délégués de la conférence sur le climat. Ce document appelle à une réduction immédiate, rapide et durable des émissions de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles et de l'agriculture animale afin d'éviter une catastrophe climatique. Anita Krajnc, coordinatrice de la campagne mondiale du Plant Based Treaty, déclare : "Le document de synthèse montre pourquoi les délégués à la conférence de Bonn et à la COP28 à Dubaï en décembre doivent mettre les émissions alimentaires à l'ordre du jour. Alors que 21 villes, dont Los Angeles et Édimbourg, ont approuvé le Plant Based Treaty, nous appelons également les dirigeants mondiaux à plaider en faveur d'un accord mondial sur une transition désespérément nécessaire vers un système alimentaire basé sur les plantes."

    Le système alimentaire représente un tiers des émissions de gaz à effet de serre et ferait exploser le budget carbone même si l'on mettait fin immédiatement aux combustibles fossiles. Le document cite le rapport d'évaluation du méthane des Nations unies de 2021 qui attribue 32 % des émissions de méthane d'origine humaine à l'agriculture animale, qui en est la principale source. La recherche de Joseph Poore, de l'Université d'Oxford, ont montré que 83 % des terres agricoles sont utilisées pour l'élevage des animaux, alors qu'elles ne fournissent que 18 % des calories. Une étude scientifique du Lancet montre qu'un système alimentaire basé sur les plantes réduira les émissions de gaz à effet de serre de l'alimentation d'environ 80% et libérerait plus de 3 milliards d'hectares de terres pour la biodiversité et la réduction du carbone.

    Lisette Weustenenk, militante de Plant Based Treaty Nederlands, déclare : "Nous sommes encouragés par le fait que la conférence de Bonn ait ajouté des options végétaliennes dans les cafétérias cette année. Notre pétition Plant Based Treaty demande que la COP28 et toutes les conférences sur l'environnement se concentrent sur les solutions et les meilleures pratiques plutôt que d'aggraver l'urgence climatique. Nous aimerions donc que la Conférence de Bonn sur le climat s'engage à proposer une restauration 100 % végétale.

    Le lundi 12 juin 2023, à 11 h 45 CET, Plant Based Treaty se joindra à World Animal Protection, Brighter Green, Sinergia Animal et Global Forest Coalition pour un événement parallèle : Compter l'impact de l'agriculture industrielle sur notre climat.

    Contexte

    Le traité sur les produits végétaux comporte 3R et 39 propositions détaillées Il appelle à la négociation d'un traité mondial ainsi qu'à la mise en œuvre au niveau local dans les municipalités, les écoles, les universités, les hôpitaux, les entreprises et d'autres institutions locales.

    Le Traité sur les plantes s'inspire du Traité de non-prolifération des combustibles fossiles et des traités qui ont permis de lutter contre les menaces que représentent l'appauvrissement de la couche d'ozone et les armes nucléaires. Depuis son lancement en août 2021, l'initiative a été approuvée par 21 villes, dont les suivantes la capitale écossaise Édimbourg, Los Angeles et Ahmedabad, et a reçu le soutien de 100 000 personnes, de cinq lauréats du prix Nobel, de scientifiques du GIEC, de Sir Paul, Mary et Stella McCartney, de plus de 3 000 ONG, groupes communautaires et entreprises, dont Oceanic Preservation Society et des sections de Greenpeace, des Amis de la Terre et d'Extinction Rebellion.